Tag: médico social


IMAGO-DU : L’APPLICATION FULL-WEB DU DOSSIER UNIQUE DE LA PERSONNE

Le Dossier Unique de la Personne est un logiciel Full-Web entièrement développé par notre équipe de jeunes ingénieurs.

En effet, après avoir échangé avec nos clients – nous avons pu faire le constat qu’il nous manquait un élément essentiel pour répondre aux besoins quotidien du secteur Médico-social… Le Dossier Unique de la Personne…

Face à cette réalité, nous avions la possibilité de choisir entre deux options :

  • Interfacer un logiciel déjà existant à notre solution : Choix rapide et peu coûteux…
  • Créer entièrement une nouvelle application répondant au mieux aux demandes des associations…

Nous avons opté pour la solution la plus longue, mais à notre sens, la plus vertueuse : développer un nouvel outil traitant du Dossier Unique de la Personne.

Après avoir rassemblé et créé une équipe de jeunes ingénieurs, nous avons également pris le parti de nous orienter vers une Co-construction incluant 9 associations volontaires.

Ces 9 associations – de tailles et de structures différentes – sont devenues de vraies ambassadrices sur le projet.

Nous avons fait le choix d’inclure ces associations au plus prêt de nous – par le biais de COPIL et COMOP – pour échanger ensemble sur les fonctionnalités souhaitées, sur la meilleure ergonomie possible et sur tous les autres aspects nécessaires permettant d’obtenir un produit en parfaite adéquation avec les besoins du secteur

Voulant un logiciel facile d’accès et d’utilisation, celui-ci s’est vu développé avec les technologies adéquates ! Ainsi la plateforme Imago-DU a été réalisée en Full-Web, permettant une connexion rapide, fluide, pouvant se faire sur tablette, le tout sans être contraint d’être assis à son bureau… Un gain de temps et une instantanéité primordiale pour les professionnels du secteur…

Fort de son succès, notre Dossier Unique de la Personne s’est vu voyager pour s’installer sur toute la France dans diverses structures du Médico-social permettant ainsi aux établissements d’accompagner au mieux la personne accueillie tout au long de son parcours et de son projet de vie !

 

Pour en connaitre davantage :

http://axapa.fr/demande-de-documentation/

Toute l’équipe AXAPA vous souhaite une agréable journée.

 

ESAT DE LA BULLE BLEUE AU THÉÂTRE DES 13 VENTS A MONTPELLIER

« [Episode 2] De la Bulle Bleue aux 13 Vents, une aventure théâtrale : un ESAT artistique rare en France »

La Bulle Bleue est un ESAT qui permet aux travailleurs d’exercer un métier du spectacle vivant.

Soizic, Julien, Sarah, Arnaud, Philippe et Steve vont se produire pendant 1 mois au Théâtre des 13 vents à Montpellier. Ils ont tous une forte volonté d’exercer ce métier d’artiste et travaillent dur depuis 3 ans pour proposer ce spectacle du cycle Fassbinder. Cet ESAT fait partie des quelques établissements en France qui propose ces métiers aux travailleurs.

Ce spectacle est une nouvelle occasion de faire évoluer notre regard sur les handicaps, pour une société plus inclusive.

L'ESAT de laa Bulle bleue en plein répétition

Image : Une séance de training en musique entre 2 répétitions pour les comédiens de la Bulle Bleue – janvier 2019 / © F3 LR


											

OPÉRATION BRIOCHES 2018

Axapa, éditeur de logiciels spécialisé dans le secteur médico-social, partage avec l’Unapei des valeurs communes de proximité et de solidarité !

Le travail d’Axapa consiste, avec des solutions innovantes, à faciliter le quotidien des personnes travaillant au sein des associations en leur apportant des réponses adaptées en terme d’outils et d’accompagnement, mais aussi pour la gestion de leur structure associative.

Un autre enjeu les anime : offrir une société inclusive aux personnes en situation de handicap !
Axapa a donc décidé d’être – pour cette deuxième année consécutive – aux côtés de l’Unapei et de l’Adapei 44 pour participer à l’Opération Brioches.

Des rêves réalisés :

Retrouvez l’équipe d’Axapa aux cotés de l’Adapei 44, du lundi 1er au dimanche 7 octobre, dans les centres commerciaux de Nantes et de ses environs.
Vous pourrez ainsi participer à ce beau défi d’inclusion en achetant une brioche, pour le plus grand plaisir de vos papilles !
Les fonds récoltés permettront de financer des actions concrètes et locales pour améliorer le quotidien des personnes handicapées.

Les projets et les envies ne manquent pas, voici quelques exemples de réalisations qui ont pu voir le jour grâce à vous : un atelier musical dans le foyer de vie de l’Adapei 44, des séances d’équithérapie pour les enfants des Papillons Blancs de Reims, un cours de tennis à l’institut médico-éducatif de l’Apei de Soissons, et bien d’autres qui restent encore à réaliser !

Une campagne active également en ligne !

Vous pouvez soutenir notre campagne et les associations en réalisant un don en ligne ici

Mobilisons-nous, tous ensemble – durant cette semaine – pour permettre aux associations de gagner ce combat !

UNE OPÉRATION BRIOCHES AU TOP !

Toute l’équipe d’Axapa est fière d’avoir pu participer – pour la première année – à l’Opération Brioches !
Nous avons été aux côtés de l’Adapei 44 – du mardi au vendredi matin – pour les soutenir et les aider à récolter des dons, permettant de financer de beaux projets inclusifs pour les personnes en situation de handicap qu’ils accueillent tous les jours !

Une expérience humaine avec beaucoup de gaieté et de solidarité !

Article de l’Adapei 44

En attendant l’année prochaine, nous tenions à dire un Bravo et Merci à toutes les personnes ayant fait preuve de générosité durant cette semaine !

LES 60 ANS DE L’AJH !

Un anniversaire haut en couleurs pour les 60 ans de l’AJH (Association les Jeunes Handicapés) !

Ce weekend Axapa est fier d’avoir pu assister au 60 ans de L’AJH et tient à remercier chaleureusement toute l’équipe de l’association pour ce bel événement, qui nous a permis de découvrir un lieu magnifique où animations et créativité étaient au rendez-vous !

Bravo à vous & Bon anniversaire !

20170923_100607

20170923_101755

20170923_102019

20170923_121502_resized

AXAPA SOUTIENT L’APEI DE DOUAI…

Le jeudi 25 mai 2017 se déroulera à Douai « les Boucles de Gayant ».

Cette course regroupant professionnels, parents, personnes accueillies et collaborateurs est un réel challenge !

En effet, à travers cette démarche, l’Apei de Douai souhaite :

  • Valoriser l’image de l’Association par son ouverture territoriale à une manifestation Douaisienne
  • Fédérer les équipes, les résidents, les familles autour de valeurs communes
  • Communiquer sur le mouvement parental de l’association

Cette année, Axapa va relever le défi aux côtés de l’Apei !

A bientôt sur la ligne d’arrivée !

Pour en savoir plus sur l’évènement : Les Boucles de Gayant

TRAVAILLEURS HANDICAPÉS : LE DISPOSITIF D’EMPLOI ACCOMPAGNÉ EST DÉJÀ MODIFIÉ !

Un décret retouche les modalités de mise en œuvre du dispositif d’emploi accompagné des travailleurs handicapés entré en vigueur le 1er janvier 2017.

Le cahier des charges du récent dispositif – facultatif – d’emploi accompagné des travailleurs handicapés vient d’être modifié par un décret applicable à compter du 6 avril 2017. Ce texte précise par ailleurs la notion d’organisme susceptible d’être gestionnaire de cette mesure portée par la loi Travail.

Le gestionnaire du dispositif

Deux catégories de gestionnaires du dispositif restent distinguées par la réglementation.

La première – qui n’est pas modifiée – regroupe ces établissements ou services sociaux ou médico-sociaux (ESSMS) ayant conclu une convention de gestion avec au moins un Cap emploi, une mission locale ou Pôle emploi :

  • établissement ou service d’aide par le travail (Esat) ;
  • établissement ou service de réadaptation, de préorientation et de rééducation professionnelle (CPO, CRP) ;
  • établissement ou service prenant en charge des adultes handicapés (Mas, Fam, Samsah, SAVS…).

La seconde catégorie de gestionnaires, précisée par le décret du 3 avril 2017, est celle des « organismes » ayant conclu une convention de gestion :

  • d’une part, avec un des ESSMS précités susceptibles d’être eux-mêmes gestionnaires de l’emploi accompagné ;
  • d’autre part, avec au moins un Cap emploi, une mission locale ou avec Pôle emploi. Le décret précise, sans être exhaustif (« notamment »), ce qu’il faut comprendre par « organismes ».

Il s’agit des ESSMS « mentionnés aux 1° ou 2° de l’article L. 312-1 du code de l’action sociale et des familles », à savoir :

  • les établissements ou services prenant en charge habituellement, y compris au titre de la prévention, des mineurs et des majeurs de moins de 21 ans dans le cadre de l’aide sociale à l’enfance (service d’action éducative à domicile, maison d’enfants à caractère social, foyer de l’enfance…) ;
  • les établissements ou services d’enseignement et d’éducation spéciale qui assurent, à titre principal, une éducation adaptée et un accompagnement social ou médico-social aux mineurs ou jeunes adultes handicapés ou présentant des difficultés d’adaptation (institut médico-éducatif, institut d’éducation motrice, institut thérapeutique éducatif et pédagogique, centre médico-psycho-pédagogique…).

Une définition plus stricte de l’accompagnement

L’accompagnement du travailleur handicapé devra à l’avenir comporter au moins les 4 modules suivants, un seul étant suffisant auparavant :

  • l’évaluation de la situation du travailleur handicapé, en tenant compte de son projet professionnel, de ses capacités et de ses besoins, ainsi que, le cas échéant, des besoins de l’employeur ;
  • la détermination du projet professionnel et l’aide à sa réalisation, en vue de l’insertion dans l’emploi en milieu ordinaire de travail dans les meilleurs délais ;
  • l’assistance du bénéficiaire dans sa recherche d’emploi en lien avec les entreprises susceptibles de le recruter ;
  • l’accompagnement dans l’emploi afin de sécuriser le parcours professionnel du travailleur handicapé en facilitant notamment l’accès à la formation et aux bilans de compétences, incluant si nécessaire une intermédiation entre la personne handicapée et son employeur, ainsi que des modalités d’adaptation ou d’aménagement de l’environnement de travail aux besoins de la personne handicapée, en lien notamment avec les acteurs de l’entreprise, notamment le médecin de travail.

Source : décret du 3 avril 2017 (n° 2017-473), JO du 5 avril.

Le RER A accessible aux personnes déficientes intellectuelles…

Le RER A, à présent accessible aux personnes handicapées intellectuelles grâce à l’Unapei et à l’Urapei Ile-de-France !

Après le RER B et la ligne 10 du métro parisien, c’est au tour du RER A de jouer la carte de l’accessibilité.

Les agents de l’ensemble des stations de la ligne du RER A ont suivi une formation à l’accueil des personnes déficientes intellectuelles.
Ils sont donc dorénavant en mesure de prendre en charge de façon personnalisée les personnes en situation de handicap mental, mais également toute personne ayant des difficultés de compréhension ou d’orientation.

Une fois la totalité des agents du RER A formés, fin avril, ce sera au tour de ceux des lignes 11 et 14 du métro. Puis, d’ici trois ans, de l’ensemble des agents d’accueil du réseau RATP !

Pour en savoir plus…

Source : Unapei & RATP

QUEL CADRE BUDGÉTAIRE POUR 2017 ?

Une instruction interministérielle fait le point sur le nouveau cadre budgétaire applicable aux établissements et services sociaux ou médico-sociaux (ESSMS) publics, en lien avec l’obligation de conclure un CPOM pour les EHPAD, les petites unités de vie (PUV) et de nombreuses structures prenant en charge des personnes handicapées (IME, IEM, CMPP, CAMSP…).

L’exercice budgétaire 2017 des établissements et services sociaux ou médico-sociaux (ESSMS) publics entrant dans le champ des contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens (CPOM) obligatoire obéit à des règles transitoires récapitulées dans une instruction publiée le 1er février 2017. Extraits.

Activités concernées

L’instruction vise les ESSMS publics qui gèrent, à titre principal ou annexe :

– un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ou une petite unité de vie (PUV) ;
– ou un ESSMS prenant en charge des personnes handicapées ayant signé un CPOM ou un avenant à un CPOM en cours.

Pour mémoire, l’obligation pour ces structures (y compris celles relevant du droit privé, à but lucratif ou non) de conclure un CPOM est issue de la loi Vieillissement (pour les EHPAD et PUV) et de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2016 (pour le secteur « handicap »), l’ensemble de la législation ayant été retouché en dernier lieu par l’article 89 de la LFSS pour 2017. Laquelle, notamment, ajoute les centres d’action médico-sociale précoce (CAMSP) à la liste des ESSMS tenus de conclure un CPOM.

Recours à l’EPRD

Les réformes budgétaires qui accompagnent cette contractualisation obligatoire se traduisent notamment par la mise en place d’un état des prévisions de recettes et de dépenses (EPRD).
Ce dernier s’impose :

– dès 2017 aux EHPAD et PUV, indépendamment de la signature d’un CPOM ;
– également dès 2017 aux structures prenant en charge des personnes handicapées ayant signé en 2016 un CPOM (ou un avenant à un CPOM en cours).

Toutefois, « l’EPRD « cible » ne sera déployé qu’à compter de l’exercice 2018 », prévient d’emblée l’administration centrale. Qui détaille le dispositif budgétaire transitoire mis en place pour 2017.

Pour les ESSMS non visés par les réformes budgétaires, le cadre du budget prévisionnel reste applicable.

Une cartographie jointe en annexe 1 de l’instruction présente les différentes situations budgétaires rencontrées et précise, pour chacune d’entre elles, si l’ESSMS public relève d’un EPRD (budget de transition en 2017) ou du budget prévisionnel.

Dispositif transitoire pour la présentation budgétaire

Pour l’exercice 2017, les ESSMS publics relevant d’un EPRD doivent présenter un « budget prévisionnel de transition » dont le modèle est fixé par un arrêté du 27 décembre 2016.

Ce budget « repend les états du cadre normalisé du budget prévisionnel [classique] en les aménageant » et il est exécuté dans les mêmes conditions que ce dernier, résume l’administration centrale.

L’instruction mentionne notamment l’ajout de deux états fournissant des données financières sur l’établissement ou le service :

– le tableau d’information sur la capacité d’autofinancement prévisionnelle ;
– la reconstitution du tableau de financement prévisionnel et des variations du fonds de roulement.

Crédits évaluatifs ou limitatifs

Des précisions sont aussi données concernant le caractère évaluatif ou limitatif des crédits. On notera, par exemple, que :

– le comptable n’assure plus le contrôle de la disponibilité des crédits sur les crédits évaluatifs et « pourra donc payer les dépenses même en cas d’absence ou de dépassement de crédits » ;
– les dépenses de personnel et le budget  arrêté d’office relèvent des crédits limitatifs.

Modification des prévisions budgétaires

Des développements sont par ailleurs consacrés aux règles d’encadrement des décisions modificatives et des virements de crédits. Mouvements qui doivent être « portés sans délai à la connaissance du comptable public » conformément à la réglementation.

On relèvera que, compte tenu du retard pris dans la publication des décrets budgétaires et tarifaires, le budget des ESSMS publics autonomes a dû être voté sous la forme du budget prévisionnel « classique ». Aussi, le cadre transitoire 2017 devra être mis en place dans le cadre d’une décision modificative, notamment après la notification des crédits par la ou les autorités de tarification.

Pour les ESSMS rattachés à une collectivité territoriale, un CCAS ou un CIAS, le vote du budget devra intervenir « au plus tard le 15 avril 2017 ».

Clôture et affectation du résultat

A la clôture de l’exercice 2017, l’ordonnateur produira, en remplacement de l’actuel compte administratif (et dans l’attente de la mise en place de l’état réalisé des recettes et des dépenses – EERD – à compter de l’exercice 2018) un « document synthétique de transition » dont le modèle est fixé par arrêté.
 

Source : instruction interministérielle du 28 décembre 2016.

LOI DE MODERNISATION DU SYSTÈME DE SANTÉ.

Des critères pour qualifier une équipe de soin…

Partager des informations entre professionnels des secteurs sanitaire, social et médico-social est possible à condition d’appartenir à une même équipe de soins.

Le cahier des charges permettant de caractériser celle-ci est désormais connue. Il rappelle que les professionnels qui la composent doivent « participer au profit d’une même personne à la réalisation d’un acte diagnostique, thérapeutique, de compensation du handicap, de soulagement de la douleur ou de prévention de perte d’autonomie ».

Des protocoles communs.

En outre, l’équipe doit compter au moins un professionnel de santé et disposer d’une organisation formalisée. Ce qui passe par la mise en œuvre des protocoles communs et la conduite d’actions d’amélioration des pratiques professionnelles. Des réunions périodiques de suivi pour analyser des prises en charge complexes peuvent notamment être organisées. Et l’échange de données de santé entre les membres doit s’appuyer sur un système d’information. Enfin, la personne concernée doit être préalablement prévenue de la nature des échanges et de l’identité du professionnel membre de l’équipe de soins (ou de sa qualité au sein d’une structure).

Arrêté du 25 novembre 2016
Source : www.directions.fr N.C.