Tag: commercial


Le RER A accessible aux personnes déficientes intellectuelles…

Le RER A, à présent accessible aux personnes handicapées intellectuelles grâce à l’Unapei et à l’Urapei Ile-de-France !

Après le RER B et la ligne 10 du métro parisien, c’est au tour du RER A de jouer la carte de l’accessibilité.

Les agents de l’ensemble des stations de la ligne du RER A ont suivi une formation à l’accueil des personnes déficientes intellectuelles.
Ils sont donc dorénavant en mesure de prendre en charge de façon personnalisée les personnes en situation de handicap mental, mais également toute personne ayant des difficultés de compréhension ou d’orientation.

Une fois la totalité des agents du RER A formés, fin avril, ce sera au tour de ceux des lignes 11 et 14 du métro. Puis, d’ici trois ans, de l’ensemble des agents d’accueil du réseau RATP !

Pour en savoir plus…

Source : Unapei & RATP

ma s@nté 2.0 : JOURNÉE D’ÉTUDE ET DE SENSIBILISATION…

Mardi 14 mars s’est tenu à Lille une journée d’étude et de sensibilisation sur le thème de LA SANTE

Une journée qui a permis, d’écouter, de comprendre et d’échanger sur les réels enjeux de santé concernant les personnes en situation de handicap !

Nous avons pu y découvrir des témoignages, dont celui – très émouvant et spontané – de Corinne CLERMONT (représentante de Nous Aussi), mais aussi différentes actions et de nombreux supports adaptés à la compréhension de la personne, permettant ainsi une prévention de santé accessible.

Le but étant que tous ces supports puissent communiquer ensemble et être partagés dans le plus grand nombre d’associations comme l’évoquait très bien Corinne CLERMONT lors de son intervention. Il faut communiquer, partager les idées et les petites trouvailles entre les différentes structures pour arriver à ce but commun :
L’ACCES A LA PREVENTION & AUX BESOINS DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP.

Pour ce faire, voici quelques supports et actions qu’on nous a révélé et qui pourraient bien vous intéresser…

SANTE BD :

Vous y trouverez des fiches expliquant la santé.
Personnalisables en y choisissant les critères caractérisant le patient (âge, sexe et handicap), ces fiches comportent des illustrations accompagnées de mots simples.

Chaque fiche comporte 3 questions essentielles :

  • À quoi ça sert ?
  • Comment ça se passe ?
  • Et après ?

Ces fiches permettent ainsi d’expliquer les actes de soin, de les comprendre pour y aller ensuite plus sereinement !
Toutes ces fiches sont GRATUITES, par conséquent n’hésitez pas à les consulter, à les télécharger et à les imprimer pour votre utilisation quotidienne. Vous pouvez également télécharger l’application sur tablette et smartphone.
Pour plus d’explications sur la démarche, voici une vidéo explicative :)

FACILE A LIRE ET A COMPRENDRE (FALC) :

C’est un langage universel permettant l’accès à la compréhension des personnes avec un handicap mental.
Mais pas seulement ! Le bénéfice est manifeste pour le plus grand nombre…

5 grandes règles sont à respecter :

  • Utiliser des mots d’usage courant. Par exemple, mouchoir « à usage unique » est remplacé par « papier »
  • Faire des phrases courtes
  • Toujours associer un pictogramme au texte
  • Clarifier la mise en page et la rendre facile à suivre à travers des typographies simples, des lettres en minuscule, des contrastes de couleur…
    Il faut aller à l’essentiel

Les Papillons Blancs de Dunkerque ont fait l’expérience de ce langage pour favoriser le dépistage du cancer auprès de leurs résidents de plus de 50 ans.
L’expérience s’est avérée tellement favorable et concluante qu’une équipe composée de personnes handicapées – dont Freddy PHILIPPE (travailleur d’ESAT) – font de cette activité leur travail quotidien. Un travail de titan, demandant d’accomplir des recherches sur les sujets en question (ex-cancer du sein) pour pouvoir ensuite retranscrire le tout en langage simplifié…
Fournissant un travail extraordinaire en présence d’Emilie BEELE – monitrice atelier FALC – n’hésitez pas à leur demander leur savoir-faire !
contact : e.beele@papillonsblancs-dunkerque.fr

HANDIDENT :

Leur objectif est de COORDONNER POUR MIEUX SOIGNER.
Pour cela, HANDIDENT peut compter sur la mise en commun des énergies et des savoir-faire des chirurgiens-dentistes, des associations, des professionnels du secteur médico-social et des familles, mettant ainsi la personne au cœur du processus de soins.
Leur but commun étant de faire évoluer l’offre de soins et les comportements par des actions préventives mais aussi curatives.

Des ateliers éducationnels pour personnes en situations de handicap sont accessibles en étant signataire de la charte HANDIDENT, permettant ainsi la présence d’un chirurgien-dentiste dans l’établissement pour co-animer un atelier éducationnel destiné aux usagers et à leurs familles. Ce temps permet d’adapter les gestes d’hygiène buccodentaire aux difficultés de chaque personne.

Pour en savoir plus je vous invite à visiter leur site internet.

« MON PARCOURS DE SOINS » :

Voici un dépliant utile et ludique !
En effet, celui-ci permet de placer la personne en situation de handicap au cœur de sa santé en devenant actrice active !
Jean Pascal JOLY – Directeur du Pôle Habitat et Accueil de jour (Hénin-Carvin) – et d’autres membres de l’association ont réfléchis à un mode de communication simple et explicite destiné aux personnes atteintes de surdité ou ayant des difficultés à s’exprimer… C’est chose faite !

Cette plaquette mise à disposition dans les cabinets médicaux et pharmacies du Nord-Pas-de-Calais (demain en Picardie), permet à la personne en situation de handicap de faire en amont un constat de son mal. En présence de pictogrammes représentant les parties du corps et de graduation colorée pour quantifier la douleur, le patient peut ainsi s’exprimer et se faire comprendre bien plus aisément !

À vous de TELECHARGER GRATUITEMENT le FORMULAIRE et son MODE D’EMPLOI pour diffuser et communiquer plus simplement !

« FAIRE DU LIEN AVEC L’HOPITAL :

Voici une belle expérience accomplie par Marie MEURISSE – Responsable qualité à l’Afapei du Calaisis – et Blandine HENARD – Cadre de santé au CH de Calais.

L’expérience consistait à familiariser les personnes en situation de handicap au milieu hospitalier.
Pas facile pouvons-nous penser. Et pourtant…
Cette expérience s’est vue positive et bénéfique ! C’est par le biais de mises en situation, d’explications simples, de bonne humeur et de sourires que la peur et l’angoisse se sont vues amoindris !

Dédramatiser un endroit qui fait peur au commun des mortels… Voici une belle idée préventive accompagnée qui plus est de réussite !
BRAVO !

À vous maintenant de tenter l’expérience !

Nous vous souhaitons une agréable journée !
Tout l’équipe d’AXAPA

LOI DE MODERNISATION DU SYSTÈME DE SANTÉ.

Des critères pour qualifier une équipe de soin…

Partager des informations entre professionnels des secteurs sanitaire, social et médico-social est possible à condition d’appartenir à une même équipe de soins.

Le cahier des charges permettant de caractériser celle-ci est désormais connue. Il rappelle que les professionnels qui la composent doivent « participer au profit d’une même personne à la réalisation d’un acte diagnostique, thérapeutique, de compensation du handicap, de soulagement de la douleur ou de prévention de perte d’autonomie ».

Des protocoles communs.

En outre, l’équipe doit compter au moins un professionnel de santé et disposer d’une organisation formalisée. Ce qui passe par la mise en œuvre des protocoles communs et la conduite d’actions d’amélioration des pratiques professionnelles. Des réunions périodiques de suivi pour analyser des prises en charge complexes peuvent notamment être organisées. Et l’échange de données de santé entre les membres doit s’appuyer sur un système d’information. Enfin, la personne concernée doit être préalablement prévenue de la nature des échanges et de l’identité du professionnel membre de l’équipe de soins (ou de sa qualité au sein d’une structure).

Arrêté du 25 novembre 2016
Source : www.directions.fr N.C.

COMMENT GÉNÉRALISER LA DSN DANS DE BONNES CONDITIONS ?

La DSN phase 3 se généralise dans l’intérêt de tous dès début 2017, c’est-à-dire sur la paie de janvier 2017 transmise le 5 ou le 15 février.
Beaucoup d’interrogations sont présentes telles que :

– Quelles sont les conditions pour un démarrage en Phase 3 ?
– Je suis actuellement en Phase 2, comment dois-je procéder ?
– Quelles sont les dates limites ?

Constatant les difficultés rencontrées par certains éditeurs et entreprises à ce que tous basculent en phase 3 (ceux en phase 2 et ceux qui n’ont pas encore démarré la DSN) dès la paie de janvier, il a été admis une possibilité d’étalement de ces démarrages selon les cas suivants :

CAS N°1 – Les entreprises actuellement en phase 2
CAS N°2 – Les entreprises n’ayant pas encore démarré la DSN
CAS N°3 – Les entreprises et cabinets ayant des difficultés à assurer les paramétrages sur la partie des organismes complémentaires (santé et prévoyance).

Trouvez ci-dessous les conditions de démarrage de la Phase 3 & les conditions d’étalement pour chaque cas :

CAS N°1 : Les entreprises actuellement en phase 2 :

  • Les entreprises en phase 2 qui n’auraient pas transmis leur DSN en phase 3 dès la paie de janvier 2017 transmise en février (à échéance les 5-15 février 2017 ou les 5-15 janvier pour les entreprises en décalage de paie) seront dans l’obligation de produire une DADS U en janvier 2018.
  • Vous êtes en capacité de transmettre votre DSN Phase 3 très près de l’échéance du 5 ou 15 Février mais avec quelques jours de retard :

Il est recommandé de ne pas transmettre de DSN Phase 2 mais de terminer le paramétrage de votre DSN phase 3 en suivant la procédure ci-dessous :
– Transmettez votre DUCS Urssaf aux échéances requises
– Transmettez la DSN Phase 3 SANS les blocs agrégats Urssaf (blocs 22 et 23) et SANS paiement Urssaf au bloc 20

  • Vous serez en capacité de transmettre la DSN Phase 3 dans quelques semaines (c’est-à-dire après la date d’échéance du 5 ou 15 Février) :
  • Le prolongement de la DSN Phase 2 est admis en production. Néanmoins vous devrez impérativement transmettre la DSN Phase 3 au plus tard le 5 ou 15 Avril (paie du mois de Mars).

    Il ne sera pas appliqué de pénalités aux entreprises qui basculeraient de la phase 2 à la phase 3 non pas sur la paie de janvier mais seulement sur les paies de février ou de mars (et février au plus tard pour les entreprises en décalage de paie).

    Attention :
    – Pour remplacer la DADS U à produire en janvier 2018, il faudra disposer d’une année 2017 complète en DSN format phase 3. Puisque ces entreprises ne pourront répondre à cette condition (DSN restée en phase 2 sur les premiers mois de 2017, elles devront nécessairement produire une DADS U en janvier 2018).
    Ce projet de bascule AU PLUS TARD sur la paie de mars doit faire l’objet d’une attention particulière, la DSN phase 2 ne sera pas prolongée au-delà.

    Pour les éditeurs :
    Cela signifie que les éditeurs doivent dans les plans d’action qu’ils gèrent prioriser la bascule vers la phase 3 de leur client phase 2 par rapport au démarrage des entreprises non encore démarrées en DSN.

    CAS N°2 : les entreprises n’ayant pas encore démarré la DSN :
    Pour les entreprises non encore entrées en DSN, il est admis que les démarrages peuvent s’opérer entre les paies de janvier transmises les 5 ou 15 février et celles de mars transmises les 5 ou 15 avril. Il ne sera pas appliqué de pénalités, et dans l’intervalle, les DUCS usuelles (Urssaf, Agirc Arrco, Orgaismes complémentaires) sont à transmettre aux organismes concernés.

    Vous n’êtes pas en capacité de transmettre votre DSN Phase 3 dès la paie de janvier à échéance le 5 ou 15 Février :
    – Transmettez votre DSN Phase 3 soit sur la paie de Février à échéance le 5 ou 15 Mars ou sur la paie de Mars transmise le 5 ou 15 Avril.
    – Dans l’intervalle, les DUCS usuelles (Urssaf, Agirc Arrco, Organismes complémentaires) sont à transmettre aux organismes concernés.

    Pour que la DADS U 2018 soit remplacée, les DSN phase 3 « en retard » relatives aux 1ers mois de 2017 se font dès le démarrage en DSN.

    Pour les éditeurs :
    Cela signifie que les éditeurs peuvent échelonner le démarrage de leurs clients non encore entrés en phase 3 sur ces échéances et les traiter après avoir traité le CAS N°1.

    Il ne sera pas appliqué de pénalités aux entreprises non encore démarrées en DSN dès lors qu’elles démarreront directement en phase 3 et au plus tard sur la paie de mars (février pour les entreprises en décalage de paie).
    Il convient de noter que cette absence de pénalités ne vaut pas pour les entreprises concernées par une obligation antérieure (mai 2015 ou juillet 2016). Celles soumises à l’obligation de mai 2015 ont fait l’objet de pénalités et celles soumises au champ de l’obligation intermédiaire de juillet 2016 seront pénalisées dès l’absence de DSN en janvier.

    CAS N°3 : les entreprises et cabinets ayant des difficultés à assurer les paramétrages sur la partie des organismes complémentaires (santé et prévoyance) :
    En cas de difficultés à assurer les paramétrages sur la partie des organismes complémentaires santé et prévoyance, soit car les fiches de ces organismes ne sont pas prêtes soit parce qu’elles sont trop instables, le fait de ne pas associer la partie complémentaire sur les premiers mois de l’année 2017 ne constituera pas un motif de pénalité.
    Pour accéder au guide de remplissage des DSN cliquez ici.

    Vous continuerez à transmettre vos déclarations auprès de ces organismes selon les modalités antérieures pratiquées ; le remplacement de ces formalités sera assuré une fois les données intégrées dans les DSN Phase 3. Il convient de noter que l’extension de la DSN sur cette partie constitue une opportunité de dématérialisation sur des procédures qui étaient encore largement opérées sous forme « papier » et que la généralisation de cette évolution vers la dématérialisation, complétant la DSN en tant que telle, justifie qu’il soit admis un délai complémentaire sur ce champ.

    Source : www.dsn-info.fr

L’UNAPEI & AXAPA RENFORCENT LEUR PARTENARIAT…

Encore plus loin…

L’Unapei et Axapa, partenaires depuis 2015, ont pris la décision d’aller encore plus loin dans leur union…
En effet, après avoir équipé différentes associations du Mouvement parental avec ses outils innovants et ergonomiques, l’Unapei salue les compétences d’Axapa en terme d’innovation et de proximité client.

Compétences techniques : Innovation & Partage…

En s’inscrivant dans une démarche de co-construction pour sa nouvelle gamme de produit IMAGO, Axapa est à l’écoute des compétences de ses clients et de leurs diversités. Cette méthode demandant davantage de temps et d’énergie, a permis également à Axapa une compréhension plus importante des besoins quotidiens rencontrés par les utilisateurs. Axapa a su faire de ce challenge, avec l’aide avisée des différentes associations ambassadrices – dont de nombreuses sont affiliées à l’Unapei – une réelle réussite collective !

La Proximité Client : une Réelle Compétence !

En étendant son accord-cadre auprès d’Axapa, l’Unapei a voulu également saluer la qualité d’accompagnement dont fait preuve Axapa dans la mise en place des outils. Une qualité de proximité client exprimée par son écoute, sa disponibilité et sa grande pédagogie.
S’étant dernièrement mobilisés pour offrir à tous nos clients un calendrier de l’Avent interactif, innovant et créatif, l’Unapei – à qui l’idée a été proposée en amont – a compris notre profonde volonté de proximité et de partage s’animant à nos valeurs humaines !
Voulant soutenir davantage le Mouvement dans son combat pour une société inclusive et solidaire, l’Unapei nous a sollicité pour accompagner les associations pour la prochaine Opération Brioches, ce que nous avons accepté sans hésiter !

C’est pour toutes ces raisons que la décision d’un partenariat autour de l’Opération Brioches s’est concrétisée le vendredi 13 janvier dernier dans les bureaux de l’Unapei en présence de Monsieur Luc GATEAU – nouveau Président de l’Unapei – et de Monsieur Olivier RIALLAND – Président d’Axapa.

Un grand merci à l’Unapei, Luc GATEAU et toute son équipe, pour leur confiance !

ISRAEL VA OUVRIR SA 1ère UNIVERSITE POUR ETUDIANTS AUTISTES…

Depuis quelques mois, tout comme le géant Microsoft, de plus en plus d’entreprises se penchent sur le profil « atypique » des autistes de haut niveau, dits « Asperger » !
En avril 2015, à l’occasion de son 40e anniversaire, Microsoft annonce qu’il engage un programme pilote de recrutement de personnes avec autisme, informaticiens le plus souvent mais aussi des « talents » encore inexplorés…

Israël lui emboite le pas…

Israël mène aussi une action inédite en ouvrant sa première université spécialement dédiée aux étudiants avec troubles autistiques. Selon le Times of Israël, cette nouvelle institution, devant voir le jour en mars 2016, sera hébergée sur le campus de Beit Ekstein, en banlieue de Tel Aviv. Les études pré-doctorales du BE Academic College prépareront également les personnes avec des troubles d’apprentissage complexes au monde du travail.

Absence de critères d’admission…

L’une des caractéristiques de cette nouvelle université sera l’absence de critères d’admission, permettant aux personnes concernées de se lancer dans des études sans conditions préalables. Cette opportunité n’a pas non plus échappé à l’armée israélienne qui, à travers son programme Roim Rachok (« Voir loin »), assure le recrutement de soldats autistes ; incorporés dans les unités de renseignement où ils auront pour mission, notamment, de déchiffrer des photos de reconnaissance aérienne…

Qu’en est-il de la France ?

En France, c’est haut la main qu’Andrea Negro, le plus jeune bachelier de l’année 2015, a obtenu avec 18,45 de moyenne au bac S, la mention très bien.
Porteur – lui aussi – du syndrome d’Asperger, ce passionné d’échec suit désormais son parcours à l’école normale supérieure. Pour donner toutes leurs chances à ces lycéens encore trop souvent écartés de la scolarité, Handisup a mené le projet « Simon », du nom du premier étudiant suivi. Permettant ainsi, depuis 2012, aux jeunes autistes de poursuivre des études supérieures. Encore très peu identifiés et accompagnés, certains présentent néanmoins une grande capacité intellectuelle et poursuivent leurs études brillamment. Cependant, leur insertion professionnelle reste problématique ; les difficultés sont telles que, sans une préparation adaptée, il leur est difficile, voire impossible, d’intégrer le milieu professionnel. Le guide « Simon » édité par Handisup est là pour essayer d’informer et faciliter leur intégration auprès des entreprises.

http://www.handicap.fr

LA PRIME D’ACTIVITE POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPES !

À partir de janvier 2016, les travailleurs touchant de faibles revenus professionnels auront droit à une prime d’activité. Y compris s’ils perçoivent l’allocation adulte handicapé (AAH). Et même s’ils travaillent en Ésat. Mais pour les travailleurs allocataires de l’AAH, le dispositif ne devrait pas être opérationnel avant juillet, avec effet rétroactif au 1er janvier.

Les travailleurs bénéficiaires de l’allocation adulte handicapé (AAH) auront bien droit à la prime d’activité.

Qu’ils travaillent en milieu ordinaire ou en établissement et service d’aide par le travail. À compter du 1er janvier 2016, cette nouvelle prestation va remplacer la prime pour l’emploi (un crédit d’impôt) et le RSA activité (un complément aux bas salaires). Tous les salariés et travailleurs indépendants de plus de 18 ans, à temps plein ou à temps partiel, pourront la percevoir si les ressources de leur foyer sont inférieures à un certain niveau (exemple : pour un célibataire, 1,3 fois le Smic net mensuel, soit 1 500 € environ). Son montant dépendra de leurs ressources et de la composition de leur foyer (97 € par mois, par exemple, pour un célibataire gagnant 1 300 € net).

Le résultat de discussions entre Associations et Ministères…

Depuis début novembre, l’articulation AAH et prime d’activité a fait l’objet de discussions entre les cabinets de Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales, Ségolène Neuville, la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, et plusieurs associations – l’Apajh, l’APF et l’Unapei. Objectif : trouver le mécanisme de calcul permettant qu’à revenu global équivalent les travailleurs allocataires de l’AAH accèdent aux mêmes droits que ceux ne bénéficiant pas de l’AAH.

Une augmentation du pouvoir d’achat pour les travailleurs handicapés !

La prime d’activité permettra d’accroître le pouvoir d’achat des travailleurs handicapés dont les revenus (rémunération du travail + complément d’allocation adulte handicapé(AAH)) sont proches ou inférieurs au SMIC. Le montant de la prime dépendra des ressources (revenus d’activité professionnels, allocations logement, prise en compte de l’avantage en nature procuré par le fait de disposer d’un logement à titre gratuit…) ainsi que de la composition du foyer. A titre d’exemple, une personne handicapée seule travaillant en milieu ordinaire dont le salaire est de 800 € nets et qui perçoit une AAH de 231 € percevra une prime d’activité de 136 € par mois.

http://www.faire-face.fr

OBJECTIF MOBILITE !

Conçu avec la Fondation PSA Peugeot Citroën, voici le premier kit ludo-pédagogique pour les jeunes en situation de handicap !

Son objectif est d’offrir aux jeunes en situation de handicap mental les moyens d’acquérir les compétences nécessaires pour se déplacer à pied, à vélo, et comme passager de bus ou de voiture, de façon autonome et en sécurité.

Son contenu

Des activités multimédia et un livret pédagogique composent le kit « Objectif Mobilité », réalisé en étroite collaboration avec des professionnels du handicap, selon un rythme et une progression pédagogique adaptée, dans un univers graphique non infantilisant et fondé sur des textes et des visuels adaptés à la compréhension du public.

Voici les différentes étapes proposées et découvrez en vidéo sur Youtube à quoi sert le kit « Objectif Mobilité » et comment l’utiliser !

Étape 1 – Des jeux pour apprendre et mémoriser

1 didacticiel « J’apprends » permet à un groupe d’élèves autour de leur formateur de se familiariser avec les notions élémentaires des déplacements piéton, cycliste, passager de voiture et de bus ou car.

10 jeux éducatifs multimédia « Je joue » sont conçus pour mémoriser ensuite ces apprentissages.

Étape 2 – Des ateliers pour vivre la rue

17 activités sont à organiser, en milieu réel ou « protégé » (cour, parking…), pour mettre en pratique les situations apprises puis jouées à l’étape 1.
Quelques exemples : repérer les espaces urbains (chaussée, trottoir, voie de bus…) ; choisir le bon lieu pour traverser ; maintenir sa trajectoire à vélo…

Étape 3 – Le journal de bord pour se souvenir et réviser

1 journal de bord, réalisé en présence du formateur, fait le lien entre les visuels des jeux et les photos des ateliers correspondants. C’est l’occasion de vérifier que chacun a bien retenu les comportements à adopter pour se déplacer dans les meilleures conditions de sécurité.

Se procurer « Objectif Mobilité »

Vous êtes enseignant ou formateur dans un établissement accueillant des jeunes atteints de déficiences mentales et vous souhaitez vous procurer le kit « Objectif Mobilité » ?

Téléchargez votre kit « Objectif Mobilité »

http://www.preventionroutiere.asso.fr

AXAPA EN IMAGE !

L’équipe se renforce !
Pour faire face à son développement et améliorer encore sa performance, l’équipe s’est encore agrandie en Septembre avec l’arrivée de six nouvelles
personnes.
Découvrez notre équipe en image !

AXAPA INVESTIT DANS DE NOUVEAUX LOCAUX…

Déjà 2 ans que l’équipe Nantaise AXAPA a été créée.
Fort du succès rencontré par IMAGO – Dossier de l’Usager, elle s’est renforcée et s’est lancée depuis début 2015 dans le développement du SI RH.
Courant 2016, la nouvelle équipe de développement GESSI sera en place sur ce site.
Pour faire face à cette croissance, un déménagement était nécessaire et fut réalisé le 04 Septembre dernier.
Nos nouveaux locaux, situés en périphérie, nous offre une superficie 3 fois supérieur nous permettant d’envisager l’avenir sereinement !
A Noter : Axapa, 5 rue Junon 44470 Carquefou.